Comment écrire une bonne introduction ?

L’introduction devrait être la partie de votre livre la plus soignée et travaillée, car c’est souvent ce qui déterminera si votre public va continuer l’aventure avec vous.

Au-delà des règles générales comme soigner la première phrase et essayer de créer le déclic chez le lectorat, il y a plusieurs façons d’écrire l’introduction et les premiers chapitres de votre livre.

Mais le type d’ouverture que vous choisissez n’est pas le plus important.

Ce sont plutôt les promesses de votre histoire, le ton, et le conflit principal. Ces éléments sont l’essence de votre roman et ils devraient apparaître dans vos premières scènes.

S’ils sont bien clairs, le lectorat sait parfaitement où vous allez et ce qu’il peut attendre de sa lecture.

Les promesses

Définir vos promesses est une étape importante, car ce sont des sortes de lignes conductrices qui doivent rester dans un coin de votre tête tout au long de l’écriture de votre roman. Il y a plusieurs sortes de promesses, comme :

  • Les promesses de ton : c’est « l’atmosphère » de votre roman, et votre chapitre d’introduction est essentiel pour poser le ton et le style de votre histoire. Si vous écrivez une histoire comique par exemple, il faut rester cohérent et éviter de montrer une mort tragique au premier chapitre.
  • Les promesses d’arc de personnage : une fois que le ton est posé, il faut mettre en avant votre personnage. Qu’est-ce qu’il manque dans sa vie ? Pour quelle raison n’a-t-il pas ce qu’il désire ? La promesse d’arc du personnage est de laisser des indices sur le potentiel changement de votre personnage et de sa situation s’il obtient ce qu’il désire.

Le cas du prologue

Le problème avec le prologue, c’est qu’il donne souvent les mauvaises promesses car il se passe à un moment différent de l’histoire ou du point de vue d’un autre personnage. Il a aussi été tellement populaire dans les années 80 et 90 qu’il est devenu cliché, et certain·es lecteurices ne le lisent même pas.

Mais si vous souhaitez en écrire un, faites-le ! L’important est d’écrire une histoire qui vous plaît avant tout à vous. Faites juste attention à ne pas délivrer des informations capitales que vous ne rappellerez pas dans ce prologue au cas où votre lectorat ne le lirait pas.

Si vous décider d’écrire un prologue, c’est également préférable que vous ne communiquiez que les éléments strictement nécessaires aux premiers chapitres. Essayez de l’utiliser pour créer du mystère ou de l’émotion plutôt que pour simplement faire de l’exposition.

Les autres types d’ouverture

L’ouverture cold open, quand elle est possible, est une bonne alternative, car elle permet en développant un mini-arc de donner un avant-goût de l’aventure tout entière. En général, soit les lecteurices sont plongé·es en plein milieu d’une aventure, soit l’intrigue est indépendante de la narration principale.

L’ouverture mini three act, se rapproche du cold open en proposant une petite histoire indépendante en trois actes, mais qui se rattache à l’intrigue de manière plus générale, avec l’introduction d’un problème, son exploration et sa résolution. Les problèmes de cette ouverture peuvent refléter les problématiques plus générales de l’histoire, mais aussi permettre de caractériser vos personnages grâce à leurs réactions face à cette adversité.

La longueur de l’introduction

Les auteurices célèbres ont déjà une fanbase derrière eux et c’est donc plus toléré lorsqu’il y a une longue introduction, car leurs fans savent généralement que l’investissement en vaut la peine.

Chaque personne a un seuil de tolérance à la longueur d’une introduction, donc dans le doute, il vaut mieux essayer d’être le plus clair et direct possible dès l’introduction pour montrer où se dirige votre histoire.

Brandon Sanderson donne comme règle : « Il faut écrire l’introduction la plus courte possible, en fonction des objectifs, pour le type d’histoire que l’on raconte ». Cela veut dire que pour de la fantasy, une introduction un peu plus longue sera tolérée, tandis que pour un feel good, il vaut mieux donner les éléments de votre histoire le plus rapidement possible.

Les maladresses à éviter

Il vaut mieux éviter de noyer le lectorat sous les informations lors des premiers chapitres et faire de l’infodumping. Concentrez-vous plutôt dans l’ouverture sur un seul élément (conflit, setting, thème, personnage, etc.) et qui est celui qui rend justement votre histoire différente des autres.

Attention également aux phrases d’ouverture : c’est bien si elles suscitent la curiosité du lectorat, mais ne tombez pas dans le « click-bait » avec des phrases qui mentent ou qui jouent sur les mots (le fameux « voici l’histoire de ma mort » alors que le personnage ne l’est pas).

Conclusion

Je fais partie de ces personnes qui abandonnent un livre si au bout d’environ 10%, je ne sais pas où le livre souhaite m’emmener ou si je n’accroche pas. Je suis peut-être passée à côté de perles, mais il y a tellement de livres à découvrir, que j’ai l’impression de gâcher ce temps si je ne suis pas tout de suite impliquée dedans !

Pourtant avec quelques petits éléments, comme ceux cités dans la publication, je suis certaine que j’aurais pu adorer plusieurs de ces livres abandonnés s’ils avaient mieux réussi à me donner envie de m’investir dans l’histoire.

En tant qu’auteurice, s’il y a un point sur lequel vous devez passer le plus de temps lors de la révision ou de la réécriture, c’est bien l’introduction, car elle est vitale pour donner envie à votre futur public de s’investir dans le reste de votre roman !

Vous pouvez retrouver un exemple d’introduction très efficace avec cette analyse du début de La Passe-Miroir de Christelle Dabos.

Sources

Cours Brandon Sanderson BYU

Orson Scott Card – Comment écrire de la Fantasy et de la Science-Fiction

Elizabeth Vonarburg – Comment écrire des histoires

Timothy Hickson – On Writing and Worldbuilding Volume I

3 commentaires sur « Comment écrire une bonne introduction ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :