Quelle structure pour écrire une romance ?

Gwen Hayes dans Romancing the beat : story structure for romance novels nous donne une formule précise pour écrire facilement une romance classique : une structure en 4 parties qui se retrouve dans de très nombreux livres du genre.

Partie 1 – L’introduction

Présentation du personnage principal

Les premières pages de votre romance doivent introduire votre personnage principal en montrant en quoi il est intéressant. « Intéressant » ne veut pas forcément dire « appréciable » : il pourrait très bien être un antihéros ou une antihéroïne, mais il faut donner envie au lectorat de suivre son histoire.

Pour accrocher l’attention dès le premier chapitre, il faut définir ce que veut et ce dont a besoin votre personnage. Par exemple, une personne croit vouloir se protéger des relations amoureuses, alors que ce dont elle a besoin, c’est une relation qui repose sur le respect et le fait se sentir bien. Évidemment, pour l’intérêt de l’intrigue, ce dont le personnage a réellement besoin va très souvent justement être comblé par l’intérêt amoureux.

Il est recommandé aussi de montrer les défauts de notre personnage ou toute autre information qui le caractérise et le rend « intéressant ».

Vous pouvez répéter une scène d’introduction de ce type pour l’intérêt amoureux ou votre deuxième personnage, qui doit lui aussi, être tout aussi intrigant pour votre lectorat.

La rencontre

C’est en quelque sorte l’élément perturbateur qui sort notre personnage de son quotidien.

La rencontre entre les deux personnages donne le ton pour le reste du récit (est-ce qu’ils ont une relation bienveillante dès le départ ? est-ce que l’on est dans enemies to lovers ? etc.).

C’est la meilleure scène pour faire entrer en conflit les motivations des personnages et leurs défauts.

« Pas question ! » – 1

Le personnage exprime explicitement (à un autre personnage ou par l’introspection) pourquoi il ne tombera pas amoureux de l’autre.

Il a une peur précise et fait généralement un raccourci comme « si je suis en couple, il se passera telle ou telle chose ».

C’est aussi dans ce chapitre que l’on introduit le passé du personnage en expliquant les raisons de ses croyances et besoins vus dans le chapitre d’introduction.

Le tournant de la relation

Les personnages sont « coincés » ensemble et doivent coopérer. Ils apprennent par la même occasion à mieux se connaître, ce qui développe les premiers doutes.

Ce moment qui détermine généralement le trope sur lequel repose l’intrigue : mariage arrangé, faux couple, obligés de travailler ensemble, « proximité forcée« , etc.

C’est un chapitre décisif, car pour se sortir de cette situation, ils ne vont pas avoir d’autre choix que d’apprendre à se faire confiance. La relation commence alors doucement (ou non) à se développer entre le futur couple et mène à la deuxième partie du roman : 

Partie 2 – Les sentiments se développent

La deuxième partie sert à montrer au lectorat que les deux personnages sont faits pour être ensemble, mais qu’ils n’en ont pas encore pleinement conscience. C’est dans ces chapitres que l’on passe du temps à construire la tension sexuelle qui fera de plus en plus douter les personnages sur leurs sentiments de plus en plus forts.

« Pas question ! » – 2

Cette deuxième scène n’est pas obligatoire, mais elle permet de faire un retour sur l’événement qui amène les deux à coopérer.

Le personnage confirme généralement que, même si l’intérêt amoureux est peut-être digne de confiance, il ne l’envisage toujours pas comme un potentiel partenaire.

Ce genre de scène est souvent une bonne occasion d’en dévoiler encore un peu plus sur le passé des personnages.

Bon, en fait, peut-être que…

Après quelques péripéties, c’est le moment où le personnage commence à douter sur sa certitude de ne pas vouloir tomber amoureux de l’autre.

C’est typiquement le genre de scène où le personnage se dit que l’autre n’est peut-être pas comme il l’avait imaginé, qu’il est attendri par certaines de ses qualités, etc.

Approfondir le désir

Le personnage sait au moins qu’il est attiré sexuellement par l’autre (cette scène n’est évidemment pas obligatoire si l’on est dans une romance platonique ou avec des personnages asexuels) ou que les sentiments amoureux sont assez forts pour mériter d’y réfléchir plus sérieusement.

Ça pourrait marcher…

Aux alentours des 50% du livre, on trouve généralement dans la plupart des romances une scène avec soit un vrai moment d’intimité (comme un rencard parfait), soit une scène de sexe si l’on écrit une romance érotique.

Si les personnages ont déjà couché ensemble avant, c’est dans cette scène que c’est différent des autres fois car les sentiments amoureux sont plus présents que jamais.

C’est donc la partie où le personnage remet un peu en question ses croyances en se disant qu’il n’a peut-être pas besoin d’autant se fermer à l’amour et à l’autre.

Vos personnages peuvent également se mettre en couple durant ce chapitre, ou en tout cas être en très bonne voie pour s’avouer leurs sentiments dans les prochaines scènes.

La vie est belle

Le personnage semble être sur un petit nuage et qu’il croit avoir enfin tout ce dont il a toujours rêvé.

Sauf que le personnage n’a pas réglé ses problématiques profondes, et que son arc de personnage n’est donc pas terminé. Vous allez par conséquent devoir le torturer un peu dans la partie 3 pour l’amener à vraiment changer.

Partie 3 – Le temps des problèmes

Même si votre personnage commence à se dire qu’il est/qu’il pourrait tomber amoureux, ses défauts le rattrapent et il commence à douter de cette relation.

On commence à introduire les difficultés pour lui, où chaque obstacle sera pire que l’autre (des beaux-parents oppressants, une promotion pour partir à l’étranger ou au contraire un licenciement, etc.).

Ces difficultés le feront tout remettre en question et envisager de retourner au point de départ (ne surtout pas vouloir tomber amoureux par exemple).

Les premiers doutes

La relation entre les personnages se passe bien en apparence, mais les doutes sont devenus omniprésents à cause des différents obstacles.

« Est-ce que c’était une terrible erreur ? »

Le personnage commence à perdre les pédales, et que ses défauts et souvenirs traumatiques reviennent en puissance. Il est de plus en plus mal à l’aise avec son partenaire (ou futur partenaire), voire l’évite.

Il faut faire comprendre au lectorat que le personnage a peur et qu’il veut se protéger.

« Oui, c’était une terrible erreur. »

Le pire est arrivé : ce que redoutait le personnage dans la sous-partie Pas question ! (« si je suis en couple, il se passera telle ou telle chose ») finit par se produire.

L’événement peut être réel, mais peut aussi très bien être complètement imaginé par le personnage.

Rupture

Le personnage met fin à la relation, car il a préféré rester sur sa croyance du Pas question ! ou sa mauvaise conception du couple et/ou de la vie plutôt que de régler ses problèmes.

Partie 4 : Réconciliation et changement

Dans cette dernière partie, votre personnage va devenir actif et faire en sorte que sa situation change.

« Dark Night of the Soul »

Le personnage, qui pensait avoir pris la bonne décision, se rend compte qu’il est encore plus torturé qu’avant et commence à regretter son impulsivité.

Le réveil

Après un moment d’introspection, le personnage a un déclic et décide qu’il faut changer et choisir « l’amour plutôt que la peur ».

Le « grand geste »

Le changement du personnage est concrétisé par un « geste » qui prouve qu’il n’est plus le même (quelque chose qu’il n’aurait jamais fait dans la partie 1) : c’est la preuve qu’il a décidé de faire face à ses problèmes et/ou traumatismes (si vous écrivez sur les troubles psychiques, attention à prendre certaines précautions).

L’image de fin

C’est une sorte de miroir du chapitre d’introduction : dans le premier chapitre, vous exposiez ce qui manquait à la vie du personnage et en quoi cela l’impactait. Ici, vous montrez qu’il a obtenu ce dont il avait réellement besoin et qu’il est donc plus épanoui.

L’épilogue

On retrouve souvent cette scène dans les romances car elle donne un aperçu du futur et prouve que les personnages ont définitivement changé et qu’ils sont toujours avec l’autre.

Vous n’avez pas besoin pour autant de faire un épilogue parfait où les personnages sont complètement différents au point où ils ont une tout autre personnalité : si votre personnage était rabat-joie, il y a de fortes chances qu’il le soit toujours, même si c’est peut-être plus mesuré.

Conclusion

Cette structure est un outil, pas une règle à suivre impérativement.

Si elle vous aide à construire votre romance c’est super, mais sinon, il y a plein d’autres façons d’écrire votre histoire.

À noter également qu’il y a différents types de romance, et que cette structure ne s’y prête pas toujours (dans celle-ci, le changement du personnage est positif, mais on peut aussi avoir d’autres évolutions et pour lesquelles certaines scènes ne sont pas pertinentes).

Ces différentes parties ne sont pas non plus forcément égales en taille. Certaines des scènes ci-dessus peuvent être regroupées en un seul chapitre, s’étendre sur plusieurs, se répéter plusieurs fois avec des conflits différents ou bien même ne pas apparaître du tout. C’est bien entendu à vous d’adapter en fonction de votre histoire !

Si vous voulez approfondir le sujet et que vous êtes à l’aise avec l’anglais, n’hésitez pas à lire le livre de l’autrice qui développe en détail chaque point avec de nombreux exemples !

Cette formule reprend certaines scènes de la structure très détaillée Save the cat qui peut aussi être adaptée aux romances. La structure de Dan Wells en 7 points est une bonne alternative pour les personnes qui ont besoin d’une structure qui est un peu moins dirigiste.

Si vous voulez écrire une romance qui ne tombe pas dans des clichés problématiques qui ont tendance à de plus en plus faire fuir les lecteurices, vous pouvez aussi consulter cet article !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :