Ecrire une romance friends to lovers

Le trope du friends to lovers consiste à développer une relation amoureuse entre deux personnages qui étaient initialement amis.

Il est aussi désigné sous le nom de Childhood Friend Romance en anglais si les deux personnages se connaissent depuis l’enfance.

Les sentiments peuvent être là depuis toujours ou se développer plus tard.

C’est un trope beaucoup utilisé en littérature jeunesse ou Young Adult, car beaucoup de personnes ont eu durant leur enfance ou adolescence des sentiments pour des amis. Il est donc beaucoup plus facile pour le lectorat de s’identifier aux personnages.

Intérêts narratifs

Ce trope au protagoniste de développer une relation avec une personne pilier pour lui. Entre les deux règnera généralement confiance, compréhension, honnêteté et d’autres valeurs importantes en amitié.

L’intérêt de ce trope est d’avoir un personnage qui connaît parfaitement votre héros, et qui peut donc témoigner de son évolution, qu’elle soit en bien ou en mal. C’est généralement l’un des meilleurs personnages pour le motiver ou le raisonner lors de ses moments de doute.

Ce trope est aussi l’occasion d’aborder des thèmes autour du changement ou du passage à l’âge adulte qui sont chers aux littératures Young Adult.

Ici, nous traiterons ce trope sous le prisme de la romance, mais il peut avoir les mêmes intérêts scénaristiques pour deux personnages ayant une relation platonique.

Éléments narratifs classiques et clichés associés

  • L’un des personnages se rend souvent compte de ses sentiments lorsque l’autre entame une relation amoureuse avec une tierce personne ou bien suite à un événement précis qui lui donne l’occasion de voir son ami sous un autre jour. Par exemple, dans le cas où les deux personnages sont des amis d’enfance, ils tombent souvent amoureux en se revoyant après plusieurs années de séparation.
  • Il peut également toujours avoir été conscient de ses sentiments et l’un des enjeux du livre sera alors de montrer pourquoi il se décide à entamer une relation amoureuse maintenant précisément .
  • D’autres personnages les croient déjà en couple ou peuvent les taquiner dessus, ce à quoi l’un des deux répond le fameux « on est juste amis« .
  • Le conflit principal de ces romances réside dans le fait qu’au moins l’un des deux personnages hésite à dévoiler ses sentiments de peur de perdre cette amitié.

Exemple d’intrigue type

Pour les structures classiques de roman, on retrouve généralement un déroulé de ce type :

Acte I : dans cette partie, on montre à quel point A et B s’entendent bien et ont une belle amitié.

Acte II avec une romance de type slow burn : Après un événement précis, A prend conscience de ses sentiments.

Le reste de l’acte se divise en parties qui montrent :

-> des tensions entre A et B : la relation devient bizarre, voire gênante car A ne voit plus B comme avant.

-> un événement qui va amener B à prendre conscience à son tour de ses sentiments.

-> un conflit qui va amener A à ne plus être sûr de ses sentiments.

Acte II alternatif :

-> A et/ou B prennent conscience de leurs sentiments lors d’un événement.

-> A et B se mettent en couple, mais il y a des tensions ou une impression d’étrangeté.

-> Des conflits vont entraîner une rupture.

Acte III : Alors que l’histoire d’amour entre les deux personnages semble vaine, un ou plusieurs événements vont confirmer les sentiments chez A et B, et rendre ainsi leur amour plus solide et/ou amener à une ultime déclaration.

Construire la romance

Dans un premier temps, il faut déterminer si votre romance sera slow burn (les personnages concrétisent leur relation à la toute fin du livre) ou plus classique (ils se mettent en couple durant l’acte II). Les conflits et obstacles ne seront pas les mêmes en fonction du type de romance.

Pour la première partie, c’est important d’insister sur leur relation amicale, à la fois pour donner une alchimie crédible entre les personnages, mais aussi pour donner envie au lectorat qu’ils finissent ensemble.

Bien travailler l’amitié entre les deux personnages est important, mais j’ai aussi lu des livres où l’amitié entre les deux personnages était tellement plaisante que je ne voulais justement pas les voir finir ensemble ! C’est pour cette raison qu’il faut essayer d’aller un peu plus loin pour que le lectorat ait envie qu’ils se mettent en couple. Cela passe par exemple par une tension sexuelle (selon l’âge de votre public cible), ou encore par un élément qui fait que la relation amoureuse apporterait plus au protagoniste que l’amitié du personnage.

Un autre point important est de montrer à quel point c’est étrange pour le personnage de percevoir son ami en tant qu’intérêt amoureux. Les choses ne seront plus jamais pareilles et cela doit transparaître.

Il faut également déterminer si l’amour sera à sens unique ou mutuel dès le départ, car les conflits qui jalonnent votre histoire ne seront pas forcément les mêmes. Il faut essayer de trouver des raisons crédibles qui justifient pourquoi les personnages ne se mettent pas directement ensemble dès la prise de conscience de leurs sentiments. Généralement, les personnages risquent de perdre quelque chose d’important pour eux (parfois, plus que l’amitié) s’ils avouent leurs sentiments. Si le seul obstacle à la mise en couple des personnages est l’aveu de leurs sentiments, le lectorat peut s’agacer et avoir l’impression que l’intrigue tourne en rond.

Limites de ce trope

  • Ce trope a été traité des milliers de fois donc certaines personnes peuvent y voir un manque d’originalité. Ce sont souvent les mêmes schémas et clichés utilisés pour développer cette relation.
  • Des personnes n’aiment pas ce trope, car elles trouvent la relation trop « molle » (ou préfère simplement des relations plus tumultueuses comme les enemies to lovers !)

Mais d’un autre côté…

  • Ce trope a certes été très utilisé, mais il est toujours intéressant à subvertir !
  • C’est un trope, donc par essence, il peut être réconfortant pour certaines personnes, et ce, même si le traitement de la relation reste classique ! Il y a souvent un côté « mignon » qui est recherché par le lectorat si l’amitié est bien développée et bienveillante.
  • N’oublions pas que ces relations arrivent aussi dans la vraie vie, donc il est tout à fait légitime qu’elles soient représentées !

Conclusion

Un trope extrêmement présent dans la pop culture et qui a une dynamique très différente de celle du enemies to lovers. Dans le cas du friends to lovers, les valeurs qui structurent la relation comme le respect et la confiance sont déjà acquis au moment où commence l’intrigue, donc l’accent narratif est plutôt mis sur comment la relation platonique se teinte d’amour.

Exemples en littérature

Sur le vif de Elizabeth Acevedo

Les Hauts de Hurlevent de Emily Brontë

Léah à contretemps de Becky Albertalli

The Raven Boys de Maggie Stiefvater

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers de Benjamin Alire Sáenz

I wish you all the best de Mason Deaver

We are totally normal de Rahul Kanakia

Next to you de Atsuko Nanba

Queens of Geeks de Jen Wilde

Heartstopper de Alice Oseman

Un avis sur « Ecrire une romance friends to lovers »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :